Glossaire du néophyte de la com°

Définition du marketing d’influence et des relations publics

La communication 360 °

La communication 360 ° désigne le principe d’une communication qui mobilise tous les points de contact avec le consommateur. La notion de communication 360 ° s’est notamment développée ou renouvelée avec le développement et la variété des supports numériques (Internet, mobiles,..).
Une communication 360 ° doit posséder une cohérence sur l’ensemble des points de contacts et canaux utilisés. La communication 360 ° s’intègre dans la démarche plus globale de communication marketing intégrée.

Source : https://www.definitions-marketing.com/definition/communication-360/

Le marketing d’influence

Le marketing d’influence ou influence marketing en anglais, est l’ensemble des techniques qui tendent à user de la force de recommandation ou de prescription des influenceurs. C’est donc en quelque sorte, la capacité de créer des prescripteurs ou des ambassadeurs pour sa marque, bien que demeure une différence entre influenceur et ambassadeur selon l’angle.

Source : https://www.journalducm.com/marketing-influence-influenceur/

Les relations Publics et non plus les relations publiques

Pendant près d’un siècle, le terme relations publiques, affublé d’une orthographe issue d’une mauvaise traduction d’un terme américain, a désigné une activité aux contours imprécis.

En 2011 , les instances professionnelles ont décidé de modifier cette orthographe pour être plus en phase avec la réalité, et peut-être aussi pour entériner l’évolution profonde des relations publics due à l’explosion du numérique et à la multiplication des publics…

Aujourd’hui, si l’on en croît Wikipédia, « les relations publics sont l’ensemble des méthodes et des techniques utilisées par des groupements (entreprises, syndicats, partis politiques, Etats…) et par des groupements d’intérêts pour informer le public de leurs réalisations, promouvoir leur image de marque, susciter la sympathie à leur égard à l’extérieur et favoriser les bonnes relations à l’intérieur ».

Pour la plupart des gens « informer le public » passe par… les medias. Pas étonnant que pour certains il y ait confusion entre relations medias et relations publics.

En réalité, le champ d’action des relations publics est bien plus large. Pour créer, entretenir, développer des relations avec les publics, tant internes qu’externes, les relations publics font appel à diverses spécialités comme l’événementiel, le mécénat, le parrainage, la communication corporate, la communication financière, la communication digitale /e-réputation, la communication de crise, la communication interne, l’accompagnement du changement, le media training ou encore la production de contenu.

Et bien souvent pour faire connaitre les actions engagées par ces spécialités on fait appel aux relations medias. Leur intervention permet alors de crédibiliser ou de valoriser ces actions, mais surtout d’élargir les publics concernés.

Et dans le domaine de la communication avec les publics, la « révolution numérique » a largement modifié la donne. En donnant la parole au consommateur et au citoyen, elle a :

– Transformé la relation entre les annonceurs et leurs publics. La communication descendante et péremptoire s’est muée en une conversation permanente.

– Conversé avec des publics élargis et hétérogènes qui demandent des messages adaptés et personnalisés dans des délais imposés par l’instantanéité de l’information.

Dans ce contexte, les relations publics, comme les relations médias, qui n’imposent pas, mais cherchent à convaincre et à gagner la confiance, étaient prédisposées à réussir une mutation qui a accentué leur rapprochement.

Elles développent aujourd’hui la veille analytique, le brand content, le story telling et le community management. Et tandis que le marketing travaille toujours sur l’image, les relations publics et relations médias construisent la réputation.

Source : https://www.synap.org/relations-publiques-ou-relations-publics

Le community Management

Le community management est un terme qui englobe un tas de compétences… Les définitions sont donc nombreuses. Nous allons vous donner la définition la plus complète possible.

Le community management c’est l’art de mettre en place des actions qui visent à promouvoir et rendre visible un produit ou un service à travers les réseaux sociaux tout en animant une communauté d’utilisateurs. Le community management doit être intégré dans une stratégie plus globale de l’entreprise. Par exemple, si vous embauchez un community manager mais que votre site n’est pas remis aux goûts du jour… son travail sera très contre-productif !

Concrètement, le community manager consiste à créer des publications en lien avec la ligne éditoriale de l’entreprise sur les réseaux sociaux. Ce travail doit ensuite être analysé en fonction des KPIs. Le community manager peut également gérer les publicités payantes. Le travail consiste également à modérer des commentaires et potentiellement de la relation client !

Source : https://wydden.com/

La congruence

Adéquation entre une personnalité et une marque. Le fait que cette personne corresponde aux valeurs et/ou à l’ADN de la marque.

Ambassadeur, Egérie

La notion d’ambassadeur de marque peut recouvrir différentes réalités relativement distinctes en fonction du type de relation et de la proximité existant entre la marque et l’ambassadeur / ambassadrice. On peut ainsi distinguer l’ambassadeur de marque client, l’ambassadeur recruté ponctuellement, l’ambassadrice égérie et l’ambassadeur interne. Une égérie de marque est, quant à elle, initialement une personnalité féminine « inspirant » ou simplement symbolisant une marque.
L’égérie de marque est essentiellement utilisée à travers la communication publicitaire, mais elle peut également être associée plus étroitement à la marque en participant à différents événements et parfois jouer un rôle dans le développement des produits. Les égéries de marques sont à l’origine surtout utilisées dans le domaine de la mode, du luxe et des produits de beauté mais elles sont également utilisées par d’autres domaines d’activités. Si une égérie est théoriquement une femme, le terme peut également par extension d’usage désigner des hommes. Le terme d’égérie de marque a tendance à être utilisé un peu abusivement pour désigner de « simples personnalités connues » utilisées dans les publicités de marques. Une égérie possède normalement une dimension « glamour » et « muse » évidemment subjective.

Sources : https://www.definitions-marketing.com/definition/ambassadeur-de-marque/

https://www.definitions-marketing.com/definition/egerie-de-marque/

L’ADN d’une marque

Emprunt analogique à l’acide désoxyribonucléique, cette molécule constituée de deux longues chaînes de nucléotides (depuis la représentation bien connue en double hélice, de Watson, Crick et Wilkins – 1953), pour désigner le patrimoine génétique d’une marque. L’expression « ADN d’une marque » est alors utilisée pour désigner ses caractéristiques immuables, présentes en elle depuis son origine et qui la décrivent au mieux. Autant d’éléments qui sont censés être à la source de sa différence (par rapport à ses concurrentes). L’expression trouve cependant ses limites à l’étude de cas d’entreprises et de marques qui connurent le succès, alors qu’elles avaient abandonné leur coeur de métier originel. Lorsqu’une entreprise qui fabrique des horodateurs (International Time Recording Company) fusionne avec une entreprise qui construit des appareils à peser et à trancher la viande (Computing Scale Company of America) en 1911, on n’imagine pas nécessairement qu’elle va devenir IBM (International Business Machine), premier constructeur de micro-ordinateurs dans le monde. Un coeur de métier qu’IBM abandonnera en 2005, pour s’orienter vers les services et les conseils en informatique.

Source : https://www.e-marketing.fr/Definitions-Glossaire/ADn-marque-240397.htm